(ou la « République en marche arrière« , c’est vous qui voyez…)

Je commence par un bilan sur Pourquoi il ne se passe rien sur le blog et je nr suis pas à jour des en cours (comme le topo sur les 5 sens dont j’ai TOUJOURS pas fini le 1er volet… alors que je m’y suis collé 5 fois depuis la dernière fois mais que je stagne pour raisons de santé qui s’éterniset). C’est juste qu’un peu comme le gouvernement en ce moment, pour la seule partie qui m’intéresse, soit le handicap… désolée d’en décevoir quelques uns, mais je n’ai vraiment RIEN mais alors RIEN à foutre de la politique, et surtout celle d’autres pays m’intéresse bien plus en ce moment que cette vieille France bien arriérée, le cul assis sur sa révolution et sa Commune, sur la pointe de la Tour Eiffel sans la moindre remise en question).

Et ce n’est pas non plus comme si j’avais du temps pour moi, mon loyer payé et ce genre de trucs ; que nenni : je ne me suis toujours pas réappropriée mon corps, mes émotions (y compris celles auxquelles je n’ai jamais rien compris), encore moins ma mobilité, mon autonomie d’antan qui n’aura finalement duré que 2 ans sur 38 ce qui est très maigrelet… comme mon corps en ce moment), et je vis concrètement aux CROCHETS, de tout ce qui peut me ramener à une once de « vie normale », soit taffer en heures sup’ pour limiter l’hémorragie et la fonte du permafrost du fric à venir, simplement parce que je ne serai pas médicalement apte à rempiler une année de travail de plus dans des conditions potentiellement indignes inconnues et épuisée, à moins de vouloir finir à l’hôpital et/ou brisée psychologiquement pour de longs mois, et il s’agit, comme toujours, de sauver ma tête. Des gens me nourrissent, faire un repas par jour revient à grimper une montagne. Mes fonctions motrices ne sont pas revenues totalement (j’ai refait une petite crise d’hémiplégie par fatigue il y a deux semaines). Et concrètement, ce n’est même plus le boulot qui m’épuise en ce moment, mais bien tout le reste.

Je sors de deux semaines de médecins tous les soirs après une bonne grosse rechute de sinusite aigüe option photophobie et crâne en purée… Levée à 5h30 tous les matins, cette bactérie qui endommage gravement le sommeil malgré les médocs, et des dates TOUS les soirs, aléatoirement entre ORL, psy, EMDR, scanner des sinus, de 18 à 19h45 du moment que la nuit n’est pas tombée, là où mon SPT amplifie, là ou l’UMJ m’a donné 15 jours d’ITT après de récents bien malheureux évènements, au pluriel, après ma journée de travail dont je ne sors jamais indemne de fatigue exacerbée. De bonnes journée de 10h où le pilote automatique s’est mis en route en dépit de l’absence de cuillères, en attendant le bout du rouleau : AKA les congés dans une semaine AKA : loin du sarcasme des esprits vides et avides de donner du sens à leur vie sans sel et de la solitude trouble de leurs comorbidités. Tout ça aide à être à jour sur RIEN, à n’avoir aucun divertissement malgré les sorties des dernières saisons de la Casa del Papel et Orange is the new black avec un écran jaune et des lunettes anti reflets bleus à 9 euro (sur Pearl) pour atténuer la douleur physique constante. J’assiste non seulement à ma non-vie, mais comme j’ai toujours le droit à des petits bonus, j’ai le rabat-joie et le déplaisir de vous annoncer que pour combler le tout (ironie), j’ai perdu un ami très cher de longue date cette semaine et toujours un peu dans le déni de mes dernières mésaventures, mes proches (une collègue que je chéris actuellement en burnout, et qui a d’autres problèmes de santé que moi et un « référent » de ma vie et de l’univers entier qui a perdu un autre membre de sa famille très proche, et je préfère me faire du souci pour eux que moi, donc globalement, sauf la peine à mon pote défunt, très heureusement courtoisement annoncée par d’autres vieux amis car je suis une autiste comme ça, moi : je sors très peu, mais j’ai des amis y compris que j’ai pas demandé à avoir mais qui m’aiment beaucoup quand même et sont cools et c’est le principal). Et d’autres qui déréalisent et dissocient et font n’importe quoi, mais ne veulent pas l’entendre, donc je la boucle et je les regarde aussi se noyer parce que si je l’ouvre ce sera moi la fautive et j’ai pas cette énergie TOUT court, ni à perdre, en ce moment. Mais j’ai dormi et n’ai pas eu de douleurs particulière ces deux derniers jours, et sans la prise du moindre médicament sauf pour combler mes déficits moteurs dû à mes migraines à algies complexes. Et je dors, donc je bloggue.

En fait le boulot est cool uniquement parce que c’est le seul moment et endroit où je sers à quelque chose (u compris m’en prendre plein la gueule) et où je vois paradoxalement des personnes qui sont hors de ce cercle vicieux des malheurs n’arrivant jamais seuls, et m’allègent du reste. C’est des NT, ils ne se font pas la guerre des nerfs, sauf mon boss qui me prend pour cible à la moindre occasion, du moins pas en ma présence. Ils sont polis, ça me va, je ne demandais pas plus.

Un peu comme la Raie Publique en Marche (visualisez le poisson… je vous connais), je suis en stagnation entre deux ères, je n’arrive plus à coordonner mon emploi du temps (et parfois encore mes mains, je n’ai pas retrouvé l’option apposition des mains sur un clavier plénière, par exemple, ajoutez l’absence génétique de GPS social et vous aurez une mince idée de ce que je traverse sans avoir l’outrecuidance de m’en plaindre, quand je regarde ceux à qui ils ne manque jamais rien et qui ont finalement toujours plus de soucis que je n’en aurai jamais, du coup s’il fallait en plus que je réfléchisse trop, ce dont j’ai pas les moyens énergétiques non plus, ce serait le chaos. Donc je fais, j’agis, je me rends, je travaille et je me soigne sans me poser de questions le temps que ça passe.

Sauf que dans la réalité c’est pire que ça. Une bombe de régression de 25 piges au moins est tombée sur la gueule des TSA comme une enclume fossile, il y a à peine 2 semaines (en plus d’être ouvertement devenus de gros fachos à l’échelle européenne depuis les dernières élections… et l’eugénisme qui va avec). Alors qu’il y avait juste déjà 40 ans de retard sur la prise en charge et en COMPTE, ne serait ce que ça, très simplement, des TSA, tandis que ce pays avait déjà le réseau de trains entier le plus en retard que ses copains outre-Manche & Atlantique… Le gouvernement Cocorico a décidé de devenir La Micheline des TSA (pour celleux qui ont connu).

Par la grâce monarchique de représentants que tout le monde n’a pas voulu avoir ou dont beaucoup ne veulent plus parce que l’affinitaire a pris le pas sur leurs prétendues luttes.

C’est ici, à 48 minutes 23. Le Grand Retour vers le passé. La négation de la neurodiversité tant louée auparavant. Aux côtés d’une psychanalyste level « Historienne ». Où l’histoire d’une pseudo science qui pour une autre raison de régression généralisée de la France dans beaucoup de domaines (voire beaucoup plus que ses petits copains européens en règle générale)… que notre bon vieux Josef Schovanec national, pour raisons personnelles, s’est dit « Tiens, et si je virais masculiniste? parce que j’ai tant chié sur la psychanalyse que je vais finalement prendre le pas inverse, soit sous la pression, soit sous les pots de vin, ou les deux ». Et qui que soit la personne qui ait signé son mot d’absence : dans la série les Grands Moments d’absurdité de la vie : le débat a de nouveau été relancé ce jour là :

« PAIN AU CHOCOLAT OU SCHOCOLATINE » …. Très spontanément j’aurais eu tendance à répondre Schocapic, sauf que cette fois c’est pas juste « fort en chocolat », c’est plutôt « chaud cacao ». (notez la métaphore psychanalytique à la merde et au stade anal Freudien, cas où j’aurais pas par hasard en plus d’avoir bouffé des encyclopédies médicales, des dictionnaires des médicaments et tout mon Freud y a plus de 15 ans de ça et que ces réminiscences me servent enfin à quelque chose aujourd’hui).

Doooooooooooonc…..

Nous voilà 700 000 en France, à chicaner sur les mots et sur un en particulier (Schocolatine ou pain au chocolat, TSA ou Asperger, Personne autiste ou personne avec autisme, je t’en passe de la gastro entérite verbale virale),

…. « Açepairrrrguaayyyrrr » qui est utilisé à l’international, ayant sauvé des milliers d’enfants à l’avenir potentiellement avorté dans l’œuf, entre autres à cause de la psych’ en France, et à l’extérieur, par la seule considération des critères de Kanner puis de l’ABA. Et vous rajouterez une lichette de psychacha, en expliquant subtilement, à une heure de grande écoute à la tévé, que beaucoup de diagnostiqués soudoient leurs praticiens pour obtenir un diagnostic ou font « semblant » d’être autistes pour en obtenir un parce qu’ils ont entre 2 et 7 ans à perdre, deux RSA s’ils sont précaires, et autres raisons de l’ordre de mes fesses c’est du Tofu soyeux. (je le redis : psychachas made in Cocorico : à vos stylos, alerte Caïman rouge foncée).

Cher Josef, chère Sofia, et l’autre psychacha dont je ne désire pas retenir le nom (problème avec ma mère qui m’a dit très tôt « ne tape pas dans la merde, ça éclabousse »…Ah non! Je confonds, c’est Lola Wesh, mais spirituellement c’est pareil, elles ont autant de care l’une que l’autre).

Trigger Warning : Total Bullshit et opportunisme.

À se demander si c’est pas un deal entre éviter un procès et faire semblant d’abonder à la psychanalyse avec un rapt d’esprit critique en sus. (seules excuses, dans un trib’ on dirait circonstances atténuantes, je dirais personnellement « exténuantes », qui n’en seraient toujours pas…)

Où l’on va également vous expliquer que des PSYCHIATRES spécialisés, d’hôpitaux en CHU, en CRA, et en libéral, qui ont misé toute leur carrière sur les TSA, et ont étudié chaque avancée sur le sujet après 15 d’études et autant de colloques d’autres psychiatres, de mises à jours des données connues, factuelles, recherches sur le sujet… donneraient des diagnostiques dits de « complaisance » à des touristes qui passeraient par là pour (en Fr) donc se faire embaucher dans la Silicon Valley (j’exagère à peine) sans réussir leur thèse, au profit de psychachas qui se sont arrêtés à la théorie des critères très limités de Kanner malgré beaucoup de similitudes et de conclusions identiques entre les recherches plus approfondies de Hans Asperger et avant lui et Kanner lui-même, Grounia Soukhareva.

Où l’orthographe française serait à la Science des ânes ce que la Psychanalyse est aux pseudos sciences. Le même Yossif (en russe) que j’ai vu sans la moindre interposition, se faire silencier par la Présidente d’Asperger Amitié dans une conférence à la biblio du métro Avron 75020 il y a de ça un an ou deux, en voulant évoquer le sujet, et de nouveau ne pas s’ interposer, quand celle ci explique à un parterre de neurotypiques venus s’intéresser aux TSA, que les vaccins ont amplifié l’autisme de son fils, diagnostiqué enfant et devenu Asperger (changez vos noms d’assos tout de suite, les assos de pignons sur rue nazies depuis la diffusion de cette émission, là) en faisant beaucoup de progrès grâce à son niveau social en terme de pognon son combat pour que son fils aille à l’école « normale » et progresse et invite à se renseigner sur l’extraordinaire faussaire Wakefield.

C’est qu’entre charlatans, là où y a du fric à se faire, c’est comme dans la magistrature et la médecine, on va pas se taper dessus entre voisins. Surtout quand Le sang attire toujours les journalistes (Luswig Von 88)

En résumé, un virage à 180° degrés sur le combat initial de Schovanec, parlant naguère d’autisme comme d’une grande neurodiversité, sans dénégation de la condition et des sous diagnostics y compris des femmes autistes, des féministes diagnostiquées d’entre elles, et qui subitement, tel un fantoche dont l’inconnue reste le marionnettiste, se prononce subitement dans le même sens de Vent, à toutes les polysémies du terme, de la pensée Freudienne de ton arrière grand-mère qui s’en battait les steaks comme de son premier tricotin, à contre-courant de toutes les inventions de la psychanalyse, y compris immédiates et instantanées comme une « Royco minute soupe » au milieu du désert malien, en fonction de la dernière fiction télévisée vue par le dit praticien la veille, et qui emploiera le terme de maladie, de psychose et le levier d’une des périodes les plus funestes et obscurantistes de l’Europe pour renier toutes les personnes diagnostiquées avant la dernière mise à jour du DSM (ça fait pas mal de personnes, mais j’ai la flemme de compter).

Et que des proches de ce « Monsieur Docteur ès TSA » PARCE QU’IL est autiste, explique simplement ce discours condescendant, où les ex-Asperger dont il faisait autrefois partie, exactement de même que ses pairs diagnostiqués avant le DSM-5, seraient « des snobinards méprisants et orgueilleux qui se trouvent plus intelligents que les autres ». J’aimerais savoir dans quel bassin de canards vous êtes, ou juste sous l’emprise de quel psychotrope pour en être arrivés là? (j’ai vraiment bien dormi, le sens de la métaphore m’est revenu, je vais peut-être revenir souvent dans les semaines à venir) et je dis bien vous (rêvez pas que j’y mette une majuscule) : nos seuls et rares représentants de proximité ministérielle, vous êtes allés péché et cautionner ça? Et éventuellement, combien c’est rémunéré, juste parce qu’à un moment donné il va falloir que je me remette à chercher du boulot et que j’aimerais éviter les écueils de type beaufs de droite prétenduement à gôch’. Et que s’il ne serait question ici que d’ « avoir beaucoup de problèmes en ce moment », pour débiter avec nonchalance et une aisance certaine après avoir été confondu d’entrée de jeu avec Daniel Tammet sans s’en débouter, de quel côté se trouve le mépris supposé des diagnostiqués aspergers (prononcez mal : Asperge-erre (ça va faire plaisir à Lacan, ça) par des psychiatres qui permettent et sont finalement les seuls habilités légalement à le faire, d’être reconnus handicapés par les MDPH, ce que ne permettent pas les diagnostiques psychanalytiques ou de psychologues à moins d’être polyhandicapé et dans quelle variété obscure de validisme, d’eugénisme et de classisme on peut placer vos discours?

S’il fallait résumer (et j’ai une pensée émue pour le souvenir de ma lecture de la Cantatrice Chauve d’Eugène Ionesco, rapport au sophisme…) :

Supposons que 85% des personnes autistes auraient des problèmes d’intestins (ça m’a été exposé dans un groupe facebook de gens géniaux qui s’appelle ‘Autism against bullshit sur facebook’ que je n’administre pas du tout ^^, selon votre typologie de raisonnement, l’on pourrait donc classer comme « autistes », toutes les personnes ayant des problèmes d’intestins, n’est ce pas? Et s’éviter ainsi de nombreux parcours du combattant pour remédier aux manques de curiosité scientifique de pseudos spécialistes.

Un autre raisonnement aussi farfelu que l’explication psychanalytique de l’autisme :

De même, si les psychanalystes étaient les personnes les plus compétentes pour le diagnostique d’autisme ; il suffirait donc de s’asseoir sur la médecine comme sur une vespasienne d’aire d’autoroute pour invalider les diagnostics de personnes qui ont un cursus autrement plus élevé et certainement socialement moins élitiste que la facilité de devenir psychanalyste par défaut d’être réellement capable de se pencher sur le fonctionnement ne serait-ce que physique du cerveau humain et de sa plasticité.

Si les exemples précédents sauraient être des exagérations, elles ne seraient pas placées au dessus de la « Théorie de la mère frigo » pour expliquer l’autisme d’une sexualité problématique de la mère de l’enfant autiste et du « cas sur 10 000 » de personnes réellement autistes, d’une vision extrêmement ethnocentrée du visage (ou de son absence dans le paysage urbain) de l’autisme à l’échelle internationale. (en d’autres termes : « Bienvenue au Royaume des Bisounours »).

Je l’ai déjà évoqué, je n’ai rien à foutre de la politique et ai heureusement toujours mon passeport sur moi en cas de Tsunami bleu Marine au vu de la recrudescence de personnes handicapées qui ont perdu subitement leur autonomie et une partie de leur anatomie en manif ou juste en allant au Shopi durant les manifs des Gilets jaunes et ne tiens pas à plus épiloguer sur cette nouvelle vague de Retour vers le passé qui n’annonce pas de très bonnes choses pour une meilleure compréhension et prise en charge des personnes TSA, qu’on peinait à peine à découvrir encore très récemment pour les noyer dans un incendie (oxymoron… j’aime les oxymorons) de stagnation sociale, de précarité et de marginalité un peu plus qu’ils ne l’étaient déjà, et j’ai bien honte pour tous ceux qui adhèreraient, en 2019, à ce type d’exhibitionnisme médiatique pour faire tourner le moulin de leur notoriété avérée ou voulue ou glaner, de bonne volonté ou par contrainte, quelque argent sous toute forme pour leur confort personnel. Foucault (LOL) disait bien que « Quand Dieu se tait, on peut lui faire dire n’importe quoi », et cette citation peut bien être transposée à celle de « nos » représentants, dans une démocratie qui ne laisse soi disant personne de côté, que personne n’a vraiment élu, ou par défaut, en étant concerné et dont la plupart se sont auto propulsés ou ont été utilisés en figure de proue pour mettre la poussière du retard français sous le tapis.

Si le sujet avait été la religion catholique, on aurait parlé ici de moines défroqués de même qu’il va falloir séparer très vite la psychanalyse de l’État, comme le disait encore tout récemment une de mes paires sur un arbre à oiseaux perchés. Quand je dis paire, je ne parle pas de couilles, mais que ceux qui en manquent s’en fasse pousser une paire (non mais c’est pour occuper les psychachas aussi, grave vous aimez trop le cul ou avez un problème avec, en fait, mais je ne vous en veux pas, j’ai déjà le plaisir de vivre sans vous, et de consulter en cas de besoin, un psychiatre coach qui de vos fenêtres est sûrement LGBT juste pour vous embêter sans vous consulter, en fait) par respect pour les autres, au féminin, merci. Cette nouvelle politique du « masking » d’insalubrité sociale sur la question des TSA, qui va dans le sens du vent contraire à toutes les recommandations de la HAS et de l’OMS, qui parle de maman frigo, de crocodiles, et de bites, à longueur de séances, comme s’il y avait eu un abus de visionnage de pornographie allemande de ces mêmes pseudos représentants dans la partie formatrice de la psychanalyse à faire à vocation de le devenir et de s’incruster jusque dans les CCAS pour dire qui est une bonne ou une mauvaise mère selon des questions de zob ou de chatte (je me demande, vous pouvez répondre dans les comm’, contrairement à ce qui est évoqué plus haut, je ne prétends pas non plus avoir inventé la poudre mais je ne peux nier une certaine curiosité canine). Et une nouvelle fois (parlons eugénisme) de pureté et d’essentialisme des personnes autistes, qui selon de nouveaux critères transmis uniquement par des personnes diplômées de rien (encore plus bas que les psychanalystes qui se sont quand même donnés la peine d’aligner du fric non remboursé par la sécu pour être psychologiquement supérieurs aux autres individus de l’espèce humaine, ce qui doit demander quand même pas mal de pognon…) ont ajouté de nouveaux critères excluants tels que, par apposition des mains sur leurs claviers sur tous les réseaux sociaux, en reniant le fait de s’en servir pour se faire monter en grades imaginaires, pour ne citer que quelques exemples extrêmement sommaires sourcés d’aucune étude ni de recherche scientifique à la plus basse échelle de la lie de la prétention de pureté et de connaissances des « traits » autistiques (pas des traits d’union, pour sûr):

  • être une femme
  • être LGBTQAjusqu’àZ et tout son spectre propre (je suis pas hyper calée, j’apprends encore pour autant je ne considère pas encore dans cette galaxie que des personnes de chair humaine puissent, sous aucun prétexte, m’être inférieures, encore moins parce que je l’aurais décidé entre une tisane, une carotte crue, Rajesh et la promenade de mon chien)
  • être tatoué/e
  • fumer des cigarettes, boire de l’alcool et toute forme de syndrome de dépendance selon la CIM-10, et là vous êtes encore très peu calés sur ce sujet, juste pour le plaisir du rappel de la mal (voire non) prise en charge des personnes toxicomanes au regard de nos bons vieux alcoolos bien intégrés.
  • L’abus de réseaux sociaux (…sic)
  • Aller chez le coiffeur.
  • Subir un / plusieurs viols, en toute méconnaissance de la fragilité des personnes ayant des divergences d’ordre mentales (qu’on appelle ainsi juste parce qu’on ne sait pas encore les expliquer physiologiquement) ou neurologiques qu’une pseudo majorité de tous les autres (wtf).

Et qui prétendent comme de bien entendu qu’il suffit de se faire hisser en s’incrustant bien dans les CRA et en montant des assos lucratives plus bidons les unes que les autres pour diffuser le maximum d’intox et de théories du complot possibles pour imposer ces nouveaux critères sans expertise particulière en ne faisant que répéter de manière parsemée, un petit peu de Mottron par ci et par là, et lancer une belle chasse aux sorcières sur l’air de :

Et vous viendrez me parler de la prétention, du snobisme et du mépris des personnes dites Asperger juste parce que vous avez inventé votre propre idiolecte pour changer l’appellation de ce qui signifie stricto senso la même chose, sans assumer votre propre mépris, votre propre élitisme.

Et bien vous me copierez 100, non, 1000 fois :

« J’irai cracher sur mon voisin car je suis le seul détenteur de vérité sur l’autisme en tant qu’autiste moi même, et puis ensuite, sur les auto-diagnostiqué.e.s, car je crois aux pompiers pyromanes et aux arroseurs arrosés ».

Pendant ce temps là, j’irai moi, pisser sur vos épitaphes médiatiques pré mortem et kamikazes et y a basta! La seule chose qu’il vous manque aujourd’hui, ce sont des petits autocollants Coca Cola, Flying Emirates et Bouygues sur vos vêtements amples en coton bio équitables et sans étiquettes, dans cette chambre noire de l’allégorie de la caverne, du « un pour tous et tous vendus ».

(Bien entendu, et si j’en ai la possibilité , j’irai également cracher sur vos tombes : psychacha : ne laissez rien de côté, notez bien TOUT). Et pour citer enfin une grande nouvelle psychanalyste des temps modernes, à bon entendeur….

Vos querelles de clochers. *smiley doigt d’honneur roulant sur un tapis rouge dans le sens ascendant du Mont Canigou.*

(Cet article aurait également pu s’appeler, votre pseudo sacrée-sanité s(p)éculaire commence vraiment à me faire chier des bulles (psychacha de tous les pays, venez m’analysez ça avant que ma mère vienne vous botter à l’ancienne pour vous apprendre les bonnes manières en patois et libre pensée de mon arrière grand père directeur d’hôpital psychiatrique de la Roche Sur Yon & porte plume d’extrême gaucho élu révolutionnaire noir et rouge (pour le sang et la merde), dont quelque rue et station de métro parigotte non inscrite au bataillon de ma généalogie et de mon côté slave en sachant qu’aucune joy n’a été maltraitée par sa mère dans son enfance, bien au contraire), mais j’avais envie d’y rapporter ma pièce 😉 pour rappel que vos 1% d’invisibilité par rapport à la nôtre en tant que « représentés » n’est pas moins précieuse ni plaquée de platine que la vôtre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s