Le Bilan. La vie secrète des Planctons.

J'aimerais croire en 2020, pendant que tout le monde s'affaire à raconter son petit Noël et ses fêtes en famille, sympa ou supportées bon gré mal gré comme des plaies (et je vais pas vous épargner les miennes, parce que j'ai eu un peu de légèreté, quand même et beaucoup de trucs chouettes à occuper quand même (j'ai plus de taf chez moi en ce moment qu'à mon ancien boulot... sauf que c'est pas payé), malgré l'angoisse de ne pas savoir où je serai demain, dans un, deux, trois ou six mois, ce qui m'arrive jamais). Mais la Sibérie, l'Amazonie, et l'Australie ont été bien clairs sur le fait que ce n'est que le début de vivre ses derniers instants. C'est marrant, les boomers qui sexualisaient Greta Thunberg y a à peine quelques mois, depuis que 1,25 milliard d'animaux sont morts carbonisés en Australie, on les entend plus, j'imagine que c'est le vent qui fait grandir les flammes qui couvre leurs suites de mots abjects... En revanche, les Weinstein, les Matzneff, les Cantats et autres criminels de notoriété publique qui planque l'autre forêt d'Amazonie, celle de la prédation, refont surface... comme si leur permafrost d'immunité avait fondu... j'espère que c'est pas fini.

Révélations sur La société secrète des Autistes.

Au cas où un peu de racolage sur le vaste sujet de la sexualité fasse pointer quelques curieux... Je vais encore être très décevante et devoir briser un autre mythe qui a la vie dure. Les autistes ont une sexualité. Il y en a même qui baisent. Et d'autres qui fuckent carrément. Et oui, parmi nous se trouvent beaucoup plus de gens mariés ou qui ont des enfants que vous ne pourriez l'imaginer. Et ouais, déso, mais ON SE REPRODUIT AUSSI.

L’Autisme et les rappeurs blancs. La fin d’un mythe.

Ça y est on sort des clichés. Les autistes ont une life, les autistes sont pas que des petits enfants blancs mâles et malheureux. Y en a des grands, y en a qui baisent. Qui ont une vie sexuelle, toussa, une vie tout court... MERCI. Après est ce qu'il se met dans la peau de l'un de nous, chais pas, il me faudrait plus d'explic' (j'avoue j'ai pas lu d'itw encore, mais je vais me pencher sur la question). Et quand même... au cas où il dise des trucs décevants pour certains publics, il termine quand même par une hypothèse lucide d'admettre que "P't'être que bon c'est pas joli-joli". De le dire comme ça. Lui, au moins. Est-ce que François Fion, s'est excusé de nous insulter?  Non. Ni nous, ni le reste de la population pour toutes les bêtises qu'il a faites, d'ailleurs. Et homie, ça veut dire "copain". Donc on peut pas l'accuser de mépris, non plus, à la fin.