Révélations sur La société secrète des Autistes.

Au cas où un peu de racolage sur le vaste sujet de la sexualité fasse pointer quelques curieux... Je vais encore être très décevante et devoir briser un autre mythe qui a la vie dure. Les autistes ont une sexualité. Il y en a même qui baisent. Et d'autres qui fuckent carrément. Et oui, parmi nous se trouvent beaucoup plus de gens mariés ou qui ont des enfants que vous ne pourriez l'imaginer. Et ouais, déso, mais ON SE REPRODUIT AUSSI.

Le deuil de la Normalité. Post diagnostic.

La comédie sociale ne s'arrêterait pas là où on le diagnostic démarre. J'aurai le choix de me présenter ou non comme une personne avec autisme, ce qui m'obligera encore à me nier moi-même, et chier sur mes propres principes fondamentaux pour être agréable aux autres et être acceptée de ci de là sans faire ma difficile sur qui voudra de moi. Ce qui supposera aussi que je m'exposerai encore plus et moins à des personnes parfaitement ignorantes de ce que ça suppose, et bourrées de préjugés et de clichés en tête que je devrai sans arrêt remettre en cause en éduquant et en souriant à toutes les accusations erronées que j'entendrai.

Le parcours d’une conne Battante 1/4.

Étrange, bizarre, originale, marginale, "à part", spéciale, énigmatique, mystérieuse, anormale, folle, droguée (allez hop, tant qu'à faire, elle en aurait rendu service à combien de personnes celle là, faut il préciser que pour se droguer il faut quelques moyens, encore une fois?), barrée, tarée, cheloue, fantaisiste, extraterrestre, différente, drôlesse, drôle d'oiseau, personnage... Tout ce que j'ai appris en observant les autres, c'est que les gens ont plus facilement tendance à tirer vers le bas quand ils ne comprennent pas quelque chose, ou sont même carrément ignorants d'un sujet ;  comme un automatisme. Au lieu de tenter de voir plus loin que le bout de leur nez, se renseigner, et faire d'une différence une plue-value, par flemme, par maintien de leur zone de confort, ils préfèrent un raccourci qui leur convient.