L’Autisme et les rappeurs blancs. La fin d’un mythe.

Ça y est on sort des clichés. Les autistes ont une life, les autistes sont pas que des petits enfants blancs mâles et malheureux. Y en a des grands, y en a qui baisent. Qui ont une vie sexuelle, toussa, une vie tout court... MERCI. Après est ce qu'il se met dans la peau de l'un de nous, chais pas, il me faudrait plus d'explic' (j'avoue j'ai pas lu d'itw encore, mais je vais me pencher sur la question). Et quand même... au cas où il dise des trucs décevants pour certains publics, il termine quand même par une hypothèse lucide d'admettre que "P't'être que bon c'est pas joli-joli". De le dire comme ça. Lui, au moins. Est-ce que François Fion, s'est excusé de nous insulter?  Non. Ni nous, ni le reste de la population pour toutes les bêtises qu'il a faites, d'ailleurs. Et homie, ça veut dire "copain". Donc on peut pas l'accuser de mépris, non plus, à la fin.

Publicités