Bingo

J’ai décidé de consigner ici les perles de la méconnaissance de l’autisme des personnes que j’ai pu croiser et qui visiblement, n’ont pas su s’empêcher de me faire ces réflexions au lieu de me poser les bonnes questions…. N’hésitez pas à me faire part des vôtres dans les commentaires, parfois on croise des champions du monde…

30 mai 2018, quelque part dans les limbes de facebook. Ç’pas l’auteur qui l’dit çaaayyy les thérapeutes… alors arrêtayy de vous droguayyy tûdsuite avé les maydicaments lé jen et achetay dé poisson. À mayditayyy!! (J’attends qu’on me communique la source)… série la Terrrrible 😷 maladiiiie…. extrait de Norin Chai, « Sagesse animale ». Peut-être si j’avais un wombat, ça irait mieux, n’empêche.

Yvonne Poncet-Bonissol au sujet des Pervers Narcissiques, RFI, 16 mai 2018 : « Moi j’ai tendance à dire [ndlA : que les pervers narcissiques] sont des êtres qui ont une forme de psychose blanche, ils sont psychotiques, ce sont des autistes de l’affect, mais ça ne se voit pas« … lien

*Yvonne, je te conseille le visionnage attentif du Mur de Sophie Robert, sur les conneries à arrêter de dire sur l’autisme, merci, je te trouvais plus choupinette dans les émissions d’Évelyne Thomas… mais j’étais jeune et mal documentée et me voilà un peu déçue*

Manager suite à la proposition d’un renouvellement illégal d’une période d’essai de CDD d’un mois échu supplémentaire que je refusais sans me formaliser ou crier au scandale et signalais de fait aux rh, qui fit suite le lendemain matin même à une rupture de contrat nette et prématurée une 1h30 après mon arrivée avec la consigne de partir dès que mes papiers seraient prêts au service rh, sans respect du délai de prévenance, après que j’ai signalé en sus un cas de harcèlement moral, à la suite du mail tandis que la 1ère raison invoquée du renouvellement était de mieux m’évaluer un mois sans jours fériés, après celui de mai aux semaines incomplètes ni formatrice alors en congés, la raison devint finalement ma supposée « négativité et mon incompétence à des tâches complexes » (or il était plus simple que mon précédent job, et j’avais 15 d’expériences en administration diverse y compris ADV)

« Concernant ton handicap et la démarche RQTH que tu avais engagée, tu ne nous en avais pas fait part et en tout état de cause cela n’aurait absolument pas représenté un quelconque obstacle tant la diversité sous toutes ses formes est au cœur des valeurs d’ [nom d’entreprise] »  

1er rendez-vous dans un Centre Expert en Recherche… après 1ère validation par un ancien directeur départemental de CRA, j’ai entendu ces diverses choses en différé donc je les replace en une phrase sous forme de compil :

« Non mais vous ne pouvez pas être Asperger : déjà vous regardez dans les yeux, en plus vous travaillez, et quand bien même vous avez des traits autistiques : vous compensez TROP BIEN pour vous valider le diagnostic » *Forcément si un des signes clinique était de regarder fixement le c… des gens quand on veut leur parler, on serait plus faciles à diagnostiquer (P.S : je te regardais entre les sourcils, au cas où, je fais ça depuis que je l’ai lu dans un des 20 ans de ma sœur, quand j’en avais 12)*

La première fois que j’en ai parlé à ma mère au téléphone (ça va mieux depuis) :

« Non mais c’est pas possible, ne me dis pas que j’ai fait des enfants COMME ÇA ! » Je t’aime quand même, Maman.

Collègue délicat 1 :

« Ah ouais, t’es autiste? Donc ça veut dire que si j’jette une boîte d’allumettes par terre tu vas me dire combien il en reste à l’intérieur HAHAHAHA! »

Collègue délicat 2 :

« Tu sais tu devrais arrêter d’y penser et d’en parler »*et peut-être disparaître, aussi, hm? non?*

« Ami 1 » (en cours de prédiag) :

« Ah ouais ! Moi aussi! » (à ma connaissance, n’a fait aucune démarche à ce jour)

« Ami 2 » (post prédiag) :

« Oui moi aussi »(à ma connaissance n’a fait aucune démarche à ce jour…)

« Ami 3 » (post diag):

« C’est pas parce que t’as eu ton diag d’autisme que tu dois te sentir supérieure » *franchement, notre capacité et l’espace laissé par les neurotypiques pour se sentir dans cet état est largement surestimée*

Collègue délicat 3 :

« Arrête de t’énerver »*j’étais très calme*

Collègue délicat 4 :

« Blablabla… blablabla… ASPERGE... blabla… ASPERGE » *refuse consciemment ou inconsciemment de le prononcer en entier : c’est AS-PaiR-Gaiiirrrr, putain, mon syndrome n’a pas été découvert par un légume*

Ami d’ami :

« Ah mais non tu peux pas être autiste, j’ai bossé avec des autistes, et c’est pas DU TOUT comme ça : ils parlent pas et ils sont supers violents ». *Mmmf?? Mais qui t’as laissé faire sans le minimum de connaissances sur le sujet, hm? »

Correcteur d’un exercice de M.O.O.C dans les observations d’une remise de notation : « Bravo et bon courage avec ta maladie » *…* = pas de champ pour répondre…

Ami 4 :

« Arrêtes de faire ton autiste »

Inconnu :

« C’est vrai que vous supportez pas qu’on vous touche? » *Et si je t’attrape les couilles, là d’suite, sans prévenir, tu vas apprécier, peut-être?*

Généraliste :

« J’aimerais bien que vous preniez des antidépresseurs, quand même… » *je venais de faire un burn-out, je n’étais pas déprimée, juste parfaitement lessivée physiquement. J’ai refusé poliment.

Chef d’équipe :

« Ne sois pas comme ça » *Je savais pas que les déguisements étaient autorisés sur le lieu de travail*

Amie d’une amie à un mariage, mère de 3 enfants d’un homme asperger :

« Non mais ces gens là sont invivables » *dis, donc, ne nous mets pas tous dans le même panier… suffisamment vivables en tout cas pour leur faire 3 enfants*

Publicités