Post diagnostic et acceptation : Comfort Zone vs Twilight Zone, se confronter au monde ou pas, et quelles stratégies pour gérer le normal ambiant bullshitting. 1/3

De toute façon, vu de ma fenêtre, la Twilight Zone, c'est la société où je vis. C'est à dire cette société française très en retard sur l'intégration de l'autisme dans son tissu social et qui basiquement voit pour sa grande majorité et dans l'imagination collective, ma différence à la simple évocation de son nom comme une grosse tare ou le fait que je ne puisse pas être autiste parce que ce n'est pas aussi visible que sur une personne aux traits et aux difficultés plus fortes et visibles que les miennes, qui ne palpe pas non plus mes efforts de (sur)compensation et d'adaptation permanente pour y survivre, et qui ignore ou nie parfaitement comme j'en chie par rapport à ça. Sauf qu'en fait, la plupart du temps, c'est à dire hors de ma zone de confort, j'ai l'impression de me balader dans un monde extraterrestre là où pour ce monde, si j'évoque mes particularités, c'est moi qui serait tenue d'être l'extraterrestre de service.

Publicités

Parlez de nous meilleur, svp. Comment parler d’autisme positivement.

Évitez aussi le terme "dysfonctionnement" au sujet de nos différences. Je ne dysfonctionne pas non plus comme si j'étais une télé cassée. Le mot que vous souhaitez employer est bien "Différence", différence dans les fonctions cérébrales. Différences communicationnelles, interactionnelles, sensibles. Différences de notre approche dans la résolution des problèmes. Différence de nos forces et de nos atouts. etc..

Petit Guide de survie des autistes en milieu neurotypique. 1- Se débarrasser des nuisibles.

Si chacun de nous projette au monde ce qui l’habite, n’oubliez pas que ces effets de miroir sont aussi déformants quand certains sont mal dans leur peau et qu’ils projettent leurs dilemmes sur vous pour mieux vous reprocher ensuite les comportements qu’ils ne supportent ni n’admettent pas d’eux-mêmes et qu’ils pratiquent pourtant sans forcément s’en rendre compte.

Meltdown & Shutdown autistique, repli & effondrements, en finir sereinement.

Colère, tristesse, dépression, angoisse, panique, anxiété, agressivité, agitation, crise de nerfs, de larmes, pétage de câble, pète au casque, pétage de boulard, explosion, craquage de slip, si tous ces termes peuvent être facilement compréhensibles par chacun, appliqués à l'autisme, ils portent des noms différents pour une raison fort simple : leurs déclencheurs et fonctionnements ne … Lire la suite de Meltdown & Shutdown autistique, repli & effondrements, en finir sereinement.

Autisme. Un Handicap de Qualité Prestige.

C'est pourtant un exemple on ne peut plus banal, mais la difficulté du diagnostic et le handicap qu'il suppose résident exactement ici. À la frontière de ce qu'on fait pour s'inclure dans la société, de tout ce qu'on travaille sur notre paraître pour s'adapter, et toute la partie immergée de l'iceberg de ce qui se trame en notre fort intérieur pour y parvenir, que les personnes sans autisme n'imaginent pas trente secondes l'énergie hautement tarissable que ça demande.

Checklist bien-être des astuces pour réduire son Anxiété et son Stress.

Bien sûr cette liste est non exhaustive et principalement orientée à l'attention des autistes, chez qui l'anxiété est un véritable problème d'autant plus qu'on ne se rend pas forcément compte qu'on est stressés et que ça augmente nos symptômes, mais il est aussi valable pour les anxieux de nature, les bileux, les angoissés de la vie, les traumatisés, les travailleurs en surchauffe et tous les gens qui brûlent plus d'énergie physique et cérébrale qu'ils en consomment !