La santé mentale de la Crise du Covid.

meme représentant une peinture de Louis Pasteur et son vaccin antirabique avec la légende « 1885 : l’année où Louis Pasteur inventa la dictature faciste »

Assise sur mon ballon pilates (entre deux siestes et tubes de Gaviscon), je tue le temps en attendant un regain d’énergie, qui me signalerait par exemple que BabyZilla, qui a repris un poids normal, finalement, va bientôt sortir et je termine ce que je peux en attendant ce jour qui changera ma vie à tout jamais en me cassant le nez, les yeux et la tronche sur les réseaux. Twitter, principalement, mais aussi facebook (malheureusement). Je reste persuadée que les plus « bofistes », résilients ou résignés ont été touchés quand même. Je n’ai plus de surchauffe devant les TT twitter, juste une anxiété « gérable » par rapport à la situation, France Info me tient compagnie une heure ou deux le matin, après le chien et le bébé Ninja qui fait du foot en prenant mes côtes pour le filet de tirs au buts. Ce qui me troue, c’est comment on revit la polémique Pro vaxx vs anti-vaxx sur le Covid comme les mêmes canards anti R.O.R de Wakefield, avec les mêmes arguments, la même vigilance aux médias-TDS-à-clicks, comme l’espace médiatique, la télé, surtout, de ce que j’en capte via twitter, fait la part belle des Business Plan de Raoult, Philippot, Lalanne, Asselineau (qui n’en peut plus de sa vie sur twitter), Montagnier (le mec qui te soigne le VIH et le cancer avec des papayes et vante les vertus de la mémoire de l’eau, pour donner une idée du niveau)… Et comment ça fonctionne TROP BIEN. Le must : ces journaux « non-complotistes« , qui t’envoient des scoops de première, en article payant, bien alarmistes pour entraîner ta peur. Le monde, qui ce matin, nous titre que finalement, Pfizer n’est efficace qu’à 38% mais que pour savoir d’où sort l’info faut s’abonner : et ça marche. Le même qui te scoope qu’on peut choper le Covid même vacciné alors qu’on le savait déjà, le but étant d’éviter de choper des formes graves et à terme d’avoir une immunité collective. Le lendemain, te rassure parce qu’une nouvelle étude est sortie et que finalement le vaccin ça protège plutôt bien quand on voit tous les non vaccinés en réa, une majorité. Raoult est en tête de gondole pour te dire de mettre du Vicks dans ton nez, Montagnier est de tous les plateaux TV, bizarrement cette semaine pas de Zemmour en TT, mais y a manif demain, je ne suis pas inquiète (et puis il est plutôt début de semaine lui, en général… depuis 2 ans). Tous ces moyens injectés dans la comm’ pour nous faire gober des guirlandes de merdes de wombat mais pas des retours d’études via l’ARS, la HAS ou de l’Académie de Médecine (recrutez des CM, franchement, c’est le moment, ça cassera un peu l’ambiance, mais dans le bon sens, si la Charte Éditoriale et le planning sont bien foutus). Pendant ce temps, des lois et des réformes plus assassines les unes que les autres passent tranquillement sous le manteau en même temps qu’on ne se préocuppe du rapport du GIEC que durant 24h, mais ce qui préoccupe les gens « qui ne veulent pas être des cobayes« , les « résistants« , les rebelles du boycott de lieux où ils sont interdits d’avance : c’est ce scandaleux port du masque par qui tout a commencé et qui s’est transformé en pass sanitaire parce que la revendication de base, c’est « On veut juste RIEN et qu’advienne que pourrave »… au détriment de la vie des autres. Parce que même si ça commence à être oublié à cause des problèmes de maintenance récurrents du truc on vit en société, quand même.

Et nous on est là (pour ceux qui ne partent pas en vacances dans les départements en Alerte rouge-marron), comme ça :

Bloqués dans cet espace temps contraint qui fait chier tout le monde. Je sais pas vous mais y a des moments je sais plus trop si c’est ce contexte ou être enceinte qui me fatigue le plus.

Je suis pro-vaccination et j’en ai rien à foutre de vos arguments.

document sous la Commune de Paris assurant une prime de 3 francs accordée à chaque famille qui fera vacciner son enfant de la variole.

Et encore moins des états d’âmes des antivaxx. Vous me gonflez, je suis pour un R + 1000 si ça vous fait fermer vos gueules ou vous plonge au fond du lit au point de laisser les réseaux sociaux tranquilles pour un moment. Y a pas que les commerces qui nécessitent un shutdown, au point de non retour de la connerie que ça a amené, 7 jours sans twitter, sans TV sans facebook, ça ferait un bien fou. Même chez les anars, les « de gôch‘ », les Méluches, les NPA, les syndicats etc etc etc. Y a plus rien qui va. On se voit tous à travers nos écrans : ceux qui virulent à tout rompre qu’on ne les privera pas de leur liberté avec un pass sanitaire, qui trouvent leur vie privée tellement passionnante que filer sa data à Free, facebook, twitter, Whatsapp et Amazon c’est ok, mais scanner un QR Code pour leur Binouze Sacrée va les exposer à ce que tout le monde sachent qu’ils matent du porno et qu’ils ont déjà consulté un site de revente de Viagra sans passer par Thor. Qui n’iront plus au cinéma. Ou au sport (vous serez moche et mou, c’est tout). Qui ne veulent pas de thérapie génique sans savoir ce qu’est un ARN messager… Avec quelle pisse c’est terminé, je veux même pas savoir. Je note que la grande majorité est en bonne voire en très bonne santé. Le meilleur : Akhenaton pour qui le virus n’existait pas y a un an, puis qui a lancé un appel à ne pas se faire vacciner (par quel culot ?), qui se retrouve hospitalisé pour détresse respiratoire, avec des titres qui disent qu’il a le Covid, et puis son copain qui dit que finalement c’était une pneumopathie bactérienne, donc en fait le gars est venu pour de la Prednisone et de l’Augmentin (parce que c’est lui, sans doute), squatter un hosto pendant 3 jours, parce qu’il a peut-être trop mef ou abusé du pastaga ou abusé du Vicks dans les narines, qui sait, s’passe des trucs chelous sur la Planète Marseille, qui n’empêche vient d’en prendre pour 3 ans de système immunitaire down. Bon, depuis, il a disparu. Espérons qu’il en profite pour lire les rapports du CDC. Que ce qui vous intéresse, les antivax, c’est pas les morts du Covid, c’est les morts « des vaccins », quand y en a si peu vs les autres. Et que c’est pas un problème d’ignorer que des Covid déjà passés en réa peuvent y retourner assez vite pour poumons ou autres organes pourris. C’est ceux de la France où on ne paie pas les vaccins (ok pas directement), mais pas ceux de l’Inde, de l’Algérie, de l’Amérique du Sud, de la Tunisie quand les chiffres flambent, mais ça c’est OK. Et qui prennent que l’info partielle de sources fiables pour en tirer les conclusions qui n’arrangent qu’eux : où étiez-vous au CP quand il s’agissait d’apprendre à lire ? Dans quelle fracture au frontières du réel du biais de cognition êtes vous tombés ? Parfois c’est les mêmes qui militent pour les droits des migrants sans soucier d’être passé sur le même bord que Philippot ou Zemmour, ça n’a aucune logique de fond, alors qu’on ferait mieux de gueuler que ceux là n’en ont pas tous des vaccins et des vaccinodromes où on peut réserver depuis son canapé en skaï en attendant le prochain hashtag Hanouna ou Sept à Huit pour nourrir ce pauvre dimanche sans brunch parce que c’est cher les brunchs, sinon on y irait tous les dimanches. Je vais reprendre mon point Camus préféré dans La Chute : tout ce qui intéresse les parisiens, c’est baiser et lire les journaux à la terrasse des cafés. Bon bah là c’est les réseaux sociaux et Tinder, mais c’est pareil. Le point central de tout ça, c’est la terrasse du café. Le français veut sa picole et son croissant au beurre, en fait. C’est pas le contrôle de la circulation des gens qui l’intéresse, c’est de pas se faire vacciner. Les autres mélangent juste tout et ne lisent que les titrent des articles des réseaux, apparemment. Ça parle d’être vacciné sous la contrainte pour pas perdre son boulot. Imaginez que votre boulot veuille pas de vous. La plupart des médecins sont vaccinés, ceux qui hurlent à la mort qu’ils vont attraper une thrombose dans la foulée (mais raison de plus : vous pouvez vous faire vax sur votre lieu de travail et être pris en charge au même endroit, perso j’aurais pas hésité), ce sont des infirmières, des sages femmes, des ambulanciers, des pompiers. Les 1ères lignes, les plus dangereux. Il est peut-être temps d’engager une formation de reconversion, alors. C’est Karen et son bobo au coude qui pleure parce que les pompiers ne sont pas venus la chercher en urgence et qui remet la faute aux vaccins alors que Karen : elle marche très bien sur ses jambes, elle respire parfaitement, elle sait même pas ce que c’est un peak flow, et elle te dit ça avec Adèle en fond, la larmiche à l’œil, le pansement Urgo sur le coude avec un carré de gaze de 5 cm pour bien recouvrir son bobo… jusqu’à ce que l’ambulancier qui l’a pris en charge commente sous son post ironiquement viral, qu’elle a été parfaitement transportée par lui. C’est un peu comme ça que je vois les antivaxx en ce moment : une frange d’attention whores qui en est venue à un tel point d’ennui que tout est bon pour pas se faire vacciner et hurler ensuite qu’on est en dictature anti petit jaune avec des glaçons et ça va gâcher la pétanque. Un tas d’arguments plus alambiqués les uns que les autres contre le vaccin, rien pour expliquer ce qu’ils foutent dans des manifs antisémites, mais attention c’est pas des complotistes.

Et les manifs se passent bien, parce que les FDO sont du même bord qu’eux et s’ils en avaient marre de faire cette garderie tous les samedis, c’est mieux entre alliés. Je ne me leurre pas, leur vie manque tellement de sel le reste du temps qu’ils vivent la meilleure maintenant. Et vlà ce qui les fait piétiner la Shoah, l’apartheid et tout un tas d’oppressions dont ils ont jamais fait les frais. La raison ? Pas de raison. Le peuple est fatigué, c’est normal, mais pas au point de ne pas gâcher la vie plus compliquée des 3 vulnérables à cette merdasse de Covid. Et y a rien à comprendre. Juste que maintenant, avec leur culture de la bêtise, ils ont une raison pour justifier de leur violence. Je ne dis pas qu’ils sont idiots, que leur capacités intellectuelles sont réduites, c’est bien pire que ça, ils ont la même intelligence, ils ont juste choisi d’être inculte, de chier sur l’esprit critique, ils ont la flemme de confronter les sources. Ce qui est inexcusable. La loi sur le pass sanitaire est passée depuis, c’est une loi mortifère, qui va diviser plus et laisser un tas de gens sur le carreau, et qui se frotte les mains depuis le Fort de Bregançon pour pouvoir continuer la casse sereinement ? Devinez…

Oui le gouvernement a merdé, sur plein de tableaux, au point que les gens ont décidé de déléguer, donc si le gouvernement est irresponsable y a qu’à faire pareil : vous ne faites que leur donner le foin dont ils ont besoin pour continuer leurs œuvres. Ne portez pas vos masques et on sera confinés, faites des teufs chez vous sans respect des gestes barrières et on sera couvre-feuilletés, ne vous lavez surtout pas les mains en sortant des chiottes, et ils fermeront votre restau, gueulez que vous avez la flemme de garder vos gosses qui sont pourtant les vecteurs asymptotiques XXL de cette gangrène et Gérard le responsable se fera un plaisir de ne pas se digitaliser, de ne pas créer les avenants de contrat qui délimitent l’encadrement du télétravail et les aménagements nécessaires à ce que ça redevienne respirable, Blanquer de laisser les écoles ouvertes. Continuez ainsi, et Gérard va vous virer demain faute de vaccin. Ça contribue à un chef d’œuvre où effectivement nos chefs d’États nous mènent à la ruine, comme prévu. Sèment la division, comme attendu. Et nous, on est là (pour ceux qui ne partent pas en vacances dans les départements en Alerte rouge-marron), comme ça :

canneton sur fond violet

Toutes les contradictions possibles et inimagineables sont à leur paroxysme, de l’aide soignante avec des problèmes d’addiction antivax à l’infirmière enceinte qui se met en congé patho dès le 5ème mois et qui va poser sa dém’ en septembre ce qui justifiera à terme de nouvelles fermetures de lits et comme on est bien lancés, la suppression de la sécu. Pendant ce temps : l’AAH a été sabrée, le chômage aussi, la retraite, c’est en cours et la loi séparatisme est passée. En toute quiétude.

J’ai beaucoup de mal à soutenir des soignants non vaccinés. Si on a 200 000 ou même 1 million d’antivaxx sur +60 millions d’habitants, vos cris fatiguent tout le monde et j’ai pas fini de vous détester.

Pendant ce temps, puisque que comme tout le monde y met tellement du sien, moi aussi, ça ne tourne qu’autour de mon cul, je suis confinée. Bah oui. 3ème trimestre de grossesse, 8ème mois, même, dans un groupe de 5 en préparation à l’accouchement, je suis la seule vaccinée. Imaginez la menace que ça fait peser sur les 4 autres, sous mon FFP2 en train de discrètement diffuser de la Covid à travers les élastiques. Non mais parce que j’ai les moyens de tout ça, selon les antivaxx. Moi, mon volume sanguin doublé, mon risque de phlébite est accru, mes jambes enflent dès que le thermomètre dépasse 25 et ma capacité pulmonaire est réduite d’un tiers avec ma crevette de 2,5 kg dans le tiroir, ça ne dérange pas le responsable de mon Carrefour City que des clients rentrent sans masques. J’aimerais pas être dans le sud en ce moment.

On nous sort des infos qui sont connues par d’autres pays depuis plus d’un an, mais l’idiot regarde son nombril. De mémoire ça fait bien plus de 6 mois que j’ai regardé les infos US en streaming pour apprendre que les jeunes commençaient à développer des formes sévères et ici on veut encore qu’ils soient exempts de toute prise en charge hospitalière sans vaccin malgré des taux d’incidence qui ont atteint les 800 et plus en à peine 4 semaines. Ça fera des fils d’incultes en moins.

Les profs se sont gratté le cul pendant des mois pour avoir accès au vaccin, d’autres personnes fragiles mais pas assez pour être prio ont engagé des sommes pour se prémunir de ceux qui n’en ont rien à foutre de beugler la bouche ouverte dans la pharmacie avec 3 petits mioches pour ne laisser aucun espace de distanciation entre deux clients à la pharmacie et on demande aux vaccinés de la bienveillance vis à vis des non vaccinés en se faisant traiter de nazis et de collabos, est-ce que vous avez seulement pensé qu’on voulait peut-être juste vivre normalement plus vite que vos ralentissements moteurs ? Sur le forum interne à ma maternité, on était prio pour le vaccin dès le 2ème trimestre (et désormais le 1er si on veut) depuis le mois d’avril. Le compte rendu de la HAS était carré. Y a pas eu de cas d’effets secondaires de femmes enceintes vaccinées pour faire le buzz sur les réseaux. Les conjoints des femmes enceintes étaient prios, de fait. Les meufs sont en train de négos les visites sans pass pour leurs mecs comme des pleureuses siciliennes, accusants les sages-femmes de la maternité de ne pas penser à leur stress, de leur en ajouter etc. Très sincèrement : moi qui vais accoucher seule, j’ai beau être vaccinée, j’ai peut-être pas besoin que vos bonhommes qui auront fêté ça au bar ou en famille reviennent le lendemain vous apporter des slips sans tests PCR ou vaccin, ni masque. Anyway, je ne regrette pas ma chambre individuelle. Je me fais déjà emmerder systématiquement le peu que je sors juste parce que j’ai le bide en avant, c’est pas à la maternité que je vais tolérer des rassemblements familiaux dans ma chambre.

Pass Sanytol

C’est passé. Ma bulle de grossesse me prémunit pour le moment du monde extérieur. Mais c’est très vilain. Une absurdité de plus. Et clairement vu ce qui a été voté : rien ne va. Comme l’entièreté de la gestion de cette crise depuis le début. Paris est tenue d’être calme en août, mais non, il fallait une bande de clampins prêt à en découdre (mais de quoi ? Que ferez vous sans vaccin ? sans salaire ?) gavés de Raoult et de théories fumeuses pour qu’on soit QR codés. Et on ne va rien faire sauf passer des samedis pourris jusqu’à Noël. Le RN et Mélenchon se frottent les mains, Macron et Bernard Arnault se frottent les mains. Ça marcherait si des personnes majoritairement vaccinées manifestaient, malheureusement les leaders de cette opposition sentent la merde et le vomi, du coup les autres se taisent et porte le masque pour ne pas être affiliés Philippot. Le monde sera juste encore un peu plus pourri jusqu’aux élections et encore un peu plus merdique après. Le pass ne protège de rien, par ailleurs, à partir du moment où le port du masque n’est pas maintenu, que des gens usent de faux pass, que les tests antigéniques et tous les tests en général sont valables pour 72h, il légitime de recréer des clusters, et demande aux personnes les plus fragiles de passer au FFP2 quand elle n’ont pas le choix de sortir ou qu’elles veulent simplement changer d’air une fois par mois. Mais c’est pas ça qui intéresse les antivax, non. Je vais figer ici la prédiction de L’Institut Pasteur qui prévoit qu’un gamin sur deux va le choper à la rentrée, et ce ne serait pas étonnant, c’est le cas aux U.S, sauf qu’eux au moins, utilisent des capteurs de CO2 et des purificateurs, de ci de là (non parce que c’est très loin et que j’irai pas vérifier par moi-même, non plus).

Mais revenons en à mon cul.

Et faudrait que j’ai les moyens. De faire partie du tiers des réanimations depuis le Variant Delta, comme au Canada : oui quand on est malades on est très malades.(là vous pouvez virer le bloqueur, pour une fois ça vaut le jus). Mais bien sûr que non. Je prends mes rendez-vous en heures creuses, mais y a des valides qui ont plus besoin de s’asseoir que moi, donc maintenant c’est taxi et VTC et la livraison gratuite de Carrefour pour les femmes enceintes. Bon mais y a quelques avantages quand même. (SPOILER : pas des caisses).

J’ai des cheveux auto-lavants. La grossesse fut un moment opportun pour utiliser un lave vaisselle et faire l’acquisition d’un aspirateur-robot laveur et ne plus jamais vivre sous la dictature… hem… des poils de chien sous les chaussettes. Plus de migraines, plus de règles, ça c’est cool. Plus de café. Ni de maté. Parce que plus rien ne e réveille, pas même l’ovomaltine dans mon muesli au lait d’amande. Une recharge de vapote, car je vapote sans contre indication aucune, me fait 48h. Et puis surtout, dans quelques mois, je vais pouvoir déménager dans un lieu plus adapté avec une chambre pour le petit et donc plus d’espace pour moi aussi, en particulier pour le taf vu que je vais me mettre à mon compte. Quitter ce lieux de toutes les tortures, adieu les retours de SPT, qui aura vu la fin de mon chien d’avant, aussi, ne plus considérer la population du quartier du même œil et qu’on ne m’emmerde plus dans la rue avec ma petite puce sur le torse, bien emballée dans son écharpe de portage ou un de ses portes bébé au choix, de celui en Jersey ou que le BF aka masculin role model du petit en substitut de son géniteur vient de m’envoyer. Aussi il aura fallu un bébé pour ne plus avoir de patron, de sous chef, de N+1 etc. Plus de métro quotidien. Mes ongles poussent très vite. Plus besoin de s’épiler la chatte, ou si peu. Temporairement.

Ça me gonfle quand même d’avoir toujours la pensée du père, parce que ma mère s’y attache beaucoup mais elle commence aussi à comprendre qu’on ne négocie pas avec ce genre de personnes. Quand j’y repense, la psy et l’assistante sociale ont été assez formelles : vu ses propos et son comportement dès l’annonce, c’est mieux comme ça que ce soit pour moi ou le bébé. Et moi je n’ai pas de baromètre et je ne peux être objective, car si pour ma part c’est égal, c’est la question du bébé qui prime, mais responsabiliser un gars qui n’est déjà pas responsable pour lui même sur un enfant, c’est pas très tentant. Du reste j’ai fait le nécessaire. Aujourd’hui je ne me sens même plus la courtoisie de le tenir informé de la naissance. Les tontons sont là. Ils sont 3 à proposer de m’accompagner à la mater, peu importe que j’appelle le jour ou la nuit. Les gens qui sont classes sont vraiment très très classes (vraiment il aurait fallu faire un enfant plus tôt pour être mieux entourée, je pense : meilleur tri de l’entourage du monde et pourtant y en a eu d’autres post accident et SPT, mais en cas d’enfant, le filtre anti bullshiters est encore plus opérationnel au niveau des toxiques). Le berceau est devenu un bestiaire et je n’ai rien pu faire, chaque peluche est celle d’un tonton : pieuvre, gorille, loutre câlin, panda, manque plus qu’à installer le mobile. Parfumé aussi par l’un d’eux, cet enfant va perpétrer la tradition et porter du Ptisenbon pour les occasions. Le BF est là. J’ai même eu sa mère au téléphone pour la liste de naissance du petit. J’ai été plus que gâtée durant toute cette période. Les choses matérielles ne comblent pas le malaise de tout faire seule, de bosser avec la nausée et tous les symptômes de grossesse jusqu’à des 10h par jour, d’être submergée par l’administration et la promesse que ce sera autrement triple plus galère après la naissance entre les tétées, la reprise du taf, la suite des démarches administratives etc. Et refaire une formation plus courte mais qui complète mon diplôme grandement pour m’assurer un bon salaire. Ça ne comble pas non plus toutes les questions relatives à l’éducation sans père, sans avoir les billes sur les racines du petit de son côté, l’histoire de cette famille fantôme et la partie médicale, le point le plus odieux de la part de son géniteur. Comment vouloir partager la parentalité avec ce type dans ces conditions là. J’ai fait le nécessaire. Envoyé les infos et les mises à jour du dossier « gestation en cours ». Informé sur les conséquences. Sans broncher jusqu’à la dernière insulte. Ce n’est plus à moi de faire un pas, un geste ou envoyer un mot quand je peux choper un body neuf au prix des timbres. C’est désormais lui et son statut de « salaud » ou de père abandonnique et c’est pareil, à, ce stade je ne pense aucune insulte, ses tontons s’en chargent bien, je n’ai pas une once de rancœur en reste ou de regret quand tout le monde le condamne autour de moi et en premier lieu sa propre attitude. Le comportement en dit long sur l’éducation et à un moment vaut peut-être mieux éviter qu’il transmette ça à son fils ou que l’enfant soit un enjeu de conflit ce qui serait pire que tout. Après la naissance, il sera trop tard. Et les mecs qui m’entourent ne lésinent pas sur le sujet. Du BF que ça met littéralement hors de lui que je lui donne encore un peu de crédit, ou les autres tontons qui me proposent de l’aide pour les courses ou monter ses meubles, de m’accompagner en caisse à la mater ou me rendre visite après, bref qui assurent son job. Y a des mecs qui restent avec la mère, même sans être ensemble, pour le soutien virtuel et qui en font pas le quart pour autant. C’est lui et sa conscience. Après tout on a à faire à un as du self sabotage, est-ce que ça fait vraiment un modèle de vie pour un bébé ? Bof. Ça fait deux fois que je le vois passer devant moi de retour de ses courses. Pourquoi ? Au pire c’est louche. Une pour acheter ses bières fortes du soir et s’assommer pour oublier ses gros problèmes (lol) devant la télé, l’autre trimballant un paquet dans un tote bag alors qu’il y avait d’autres trajets et d’autres commerces de proximité pour ça : si tu as des choses à dire, il vaudrait mieux y venir vite parce que ce sera très vite trop tard après ce que j’ai à porter et ce qui vient. Comment tu te permets ? La honte n’est certainement pas de mon côté. Autant de mois plus tard et à la veille approximative d’accoucher quelle indécence te pousse ? Est-ce que tu viendras aussi me regarder en face et me sortir les mêmes insultes que quand je t’ai annoncé ma grossesse quand il sera dans mes bras ? J’attends. C’est facile de faire de la merde, de s’excuser éventuellement alors que le mal est fait et de vouloir obtenir des faveurs après au nom du sang et maintenant je me méfie, j’ai hâte de partir, surtout. La tabou et la honte sont du côté de ta famille, ces choses destructrices que tu as décidé de porter, de mon côté on est plutôt confort et on a hâte.

Le principal intéressé va très bien, pendant que mes organes se dégomment un à un. Monsieur bébé fait sa gym à longueur de journées, observe un poids idéal, est bien positionné. La sage femme, l’autre, celle auprès de qui je fais les ateliers de préparation pendant que les mecs des autres regardent leurs pieds ou veulent jouer avec les ballons de pilates, s’est extasié sur la forme de sa tête. Je ne sais même pas ce que je pourrais dire à cet ex. Déjà rien car ce n’est pas à moi de lui décrocher un mot de plus après la salissure des siens, leur violence, son déni, son mépris, sa haine et sa colère. C’est assez difficile comme ça, et je ne suis pas encore en train de changer le bébé 6 fois/jour et de le faire téter toutes les 2h avec un cratère à la place de la chatte, je ne vais pas m’embarrasser d’un relationnel conflictuel en prime avec quelqu’un qui n’a rien voulu savoir et qui voudrait des droits du jour au lendemain en revenant la bouche en coeur, je ne crois pas que tu puisses me soutenir sans faire la gueule ensuite, donc prendre les avantages sans se soucier des inconvénients après avoir eu un comportement aussi immature et surtout hostile et destructeur. Et puis ce n’est pas moi qui vais vivre avec cet abandon en racontant des histoires aux enfants devant qui j’aurais joué des pièces de théâtre, pour qui j’aurais organisé des goûters chez moi et fait en sorte, pour une fois, que les toilettes ne sentent plus l’urine (chéri si tu passes par là un jour : tu ferais mieux de débarrasser toutes les étagères de manga qui en sont imprégnés, c’est un conseil amical…), vivre avec ça, drapé dans son mensonge permanent (quel pas épanouissant à prendre) et monter les vidéos de portable de ma belle sœur pour l’anniversaire des 3 ans de mon neveu, mis en scène des bouts de films avec ma nièce. Oh bien sûr, ton fils saura qui tu es, pendant que tu louperas toutes les premières fois. En vrai, si tu devais revenir par là, au lieu de parader en sortant de carrefour city avec tes bières de clochard à la main, même si en tout état de cause ce ne serait pas bienvenu du premier coup, il faudrait penser à réparer et à avoir un discours constructif, surtout remplacer les excuses bidons par des actes, et ne pas oublier de se racheter une paire de couilles stériles, cette fois, vu que les préservatifs on sait que c’est pas possible avant de passer devant mon immeuble en se sentant trop malin (que non, Einstein, ça amplifie juste que tu te comportes comme une andouille, et tristement, je ne suis pas la seule à en être témoin, si tu veux tout savoir. En cas de JAF, ces témoignages de l’entourage seront précieux). Je ne t’en crois pas capable et ne compte pas dessus maintenant après l’aperçu fort rafraîchissant que j’ai eu. Tu ne serais pas mal reçu vu que je ne m’abaisserai pas à ton niveau, pour raison d’éducation et aussi que mon état suppose pas que je m’embarrasse de ton cul, même si les souffrances gratuites infligées sont peu pardonnables, c’est son intérêt qui prime, mais as tu seulement quelque chose de sincère à apporter ? J’aimerais croire que oui, ayant quelques bons souvenirs mais c’est pas sans me demander quels mytho tu as envoyé à ton frère sur le sujet, et là encore je serais prête à t’épauler, mais connaissant tes voeux de tout faire en secret, j’ai de gros doutes sur ta capacité à affronter cette réalité, maintenant. Tu t’es fait ça tout seul. Faire silence sur le sujet est encore plus catastrophique.

J’ai aussi visité un appartement moche, nul, mal foutu et trop cher. La prochaine fois j’envoie clairement mon interdiction de me déplacer.

Consultation à la maternité. Où j’en bave avec ce Doctolib depuis le début au vu de tous les rdv annulés qu’ils ont produit. Un jour on te dit de mettre tous tes docs sur Docto, le lendemain on t’annule tous les rencards, le rendez-vous suivant on te les remets pour mieux les annuler ensuite. Là la dame n’avait vraiment pas le temps, elle m’a demandé mes bilans, je lui ai dit qu’ils étaient sur Doctolib depuis tout ce temps vu qu’on me dit depuis le début de les passer dessus, elle était un peu énervée de devoir tout imprimer elle même, déjà vous demandez pas une valise de maternité mais une malle et vous fournissez rien j’allais pas fournir l’encre et les feuilles. En même temps elle récupérait du pipi de la femme d’avant, et confondait mon poids avec elle : « Oh vous avez pris 20 kg ? ». « Non, 16 », la normalité, en vrai, si tu enlèves le poids de l’enfant, et tout l’emballage autour… C’est franchement raisonnable. Bonus : à force de me crémer en tous sens, pas un pète de peau d’orange. Elle a demandé quand étaient mes rendez-vous d’anesthésiste et de 9ème mois, j’ai répondu que j’en avais pas, qu’ils avaient été annulés, donc j’avais arrêté de tenter ma chance, parce qu’à un moment, vu toute la paperasse que je fais pour le petit, pour le logement, pour TOUT, toute seule, et les non réponses à mes mails à la mater quand je me renseigne pour ce type de rdv vu que sur Doctolib c’est sitôt pris sitôt annulé, j’ai lâché l’affaire. Elle a essayé de me les coller après avoir accouché. Je lui ai fait ce petit rappel. Bon, je rêvais pas d’avoir deux rendez-vous de plus, désormais qu’il faut y aller en VTC au moins quand c’est les heures de pointe vu le civisme des gens à pas te laisser une place jamais. Dites moi de me reposer autant que vous voulez MAIS QUAND ? Jusque là et même si je ne travaille plus pour le moment, il y a toujours quelque chose que je ne puisse passer la journée au lit comme je le devrais. Si un truc disparait de la MALLE de maternité où j’ai suivi la liste à la lettre au point qu’y a même pas de place pour mes affaires, franchement, c’est pas une pendule que je risque de chier, mais Big Ben et le Tower Bridge en une fois. Et j’ai quand même le luxe de pas accoucher en hosto et me prendre une césarienne à la va vite, maintenant je prie que la baignoire soit dispo, sinon ça va être la panique à bord et tout mon projet de grossesse va être modifié dans la foulée. Ils insistent vraiment que j’ai un accompagnant mais ça c’est la place du père, et encore, je ne tiens pas à avoir qui ce soit dans la salle, juste à la fin pour couper le cordon (dont je veux bien faire don si ça peut en sauver d’autres). Mais c’est ok, que le géniteur passe devant moi et remue du cul pour dire « je t’emmerde » à son fils tant qu’il le souhaite, je me sens pas personnellement concernée par cette attitude. Je t’ai pas attendu pour savoir jusqu’où les hommes savent aller et faire du ouin ouin ensuite en nous traitant de tous les noms dus à leur inertie.

J’ai aussi du faire ma dernière virée chez Lidl, c’est officiel que je mets plus un pas devant l’autre en portant du matos en attendant l’ouverture prochaine d’Aldi dans quelques jours et en priant qu’ils livrent. Il y a 3 semaines, j’étais allée remplir mon caddie 3 jours de suite pour faire des réserves en prévision de mon immobilité complète, j’avais qu’un appoint de fichus cordon bleus et y avait des tapis rafraîchissant pour chien à 9€, j’ai un brachycéphale c’était cruel de me laisser repartir sans. En même temps j’arrive plus tellement à me nourrir, l’estomac étant partiellement écrabouillé par la chair de ma chair. En vrai je vois pas trop comment je vais tenir jusqu’en septembre. On a beau me dire que Baby boo est encore bien haut et que mon col d’Utéru est bien fermé, à me voir m’affaiblir je vois la fin comme un parcours du combattant en sur place. Même mes culottes de grossesse n’en peuvent plus de moi et c’est pas en fin de grossesse que je vais dégoter des jeans Vinted en taille 40 pour me survivre. Je finirai nue comme une baleine échouée dans une micro salle de bain ou cet enfant me consommera avant. J’ai aussi prévenu la mater, que si un accouchement sans péri peu durer une bonne quinzaine d’heures, même si ça n’a rien de scientifique, si ça se passe comme pour ma mère, y a un gros risque que j’accouche en 8h chrono et que ça attende pas du tout 41 semaines.

Être enceinte permet aussi de se remettre à la lecture… Malheureusement c’est pas pour reprendre la pile qui m’attend depuis 2 ans, mais le « Mois d’Or » (je recommande : il est important de ne pas en ramer une après ou vraiment le minimum), et « Bébé dis moi qui tu es » qui est écrit par un mec qui prend pas du tout en considération que certains de ses pairs nous larguent et/ou servent à rien. Sinon j’ai toujours plus de nichons, je m’en plains pas, on s’y fait. C’est pas mal, même, voire flatteur pour le décolleté vu comment j’en étais plutôt dépourvue naguère. Tant que ça tombe pas, bah c’est bien (même si rien ne le garantit après l’allaitement, sauf que j’ai aussi de l’huile tonique, j’ai pas attendu d’avoir des nichons et des cuisses pour ça, malgré le gros boulot sur le bide, les entrailles et le périnée, dans mes rêves je refais une heure de renfo-cardio/jour et m’inscris à l’escrime + 2h de cours de hip hop/semaine, réalité : c’est interdit et j’arrive déjà pas à faire plus de 2 choses dans une journée, à part la bouffe et sortir le chien, alors le reste : AU SECOURS). Au lieu de ça, poser mes pieds sur le ballon de Pilates AmazonEvil envoyé par le BF, les jambes revêtues uniquement de mes bas de contention n’est plus optionnel quand le thermomètre grimpe. Je découvre aussi les joies du massage de périnée pour faciliter l’accouchement, au cas où ce ne soit pas du flan et de l’esbrouffe, vu qu’apparemment je suis la seule à ne pas me pisser dessus ou me réveiller la nuit pour le faire, de mon groupe de préparation à l’accouchement. Franchement c’est le pire massage du monde. Je crois que ça sert à rien, à part sentir la noisette du cul. Le flacon étant ouvert assouplissons au moins la peau pour atténuer les déchirures… Dans deux semaines j’entame les tisanes de framboisier. J’ai vite fait d’avoir la nausée juste après mes compléments de grossesse et immunitaires. Ma digestion n’est plus rien sans oméprazole et Gaviscon. Je me console en écoulant mes masques Lidl 2 achetés le 3ème offert, une fois sur 3 ma peau est pire après. Ça me rappelle un peu les vacances en Croatie avec BF d’il y a deux ans. L’an prochain il ne sera sûrement pas possible d’y aller, en revanche, l’Auvergne et le Puy-de-Dôme sont fortement envisagés. Avec le BF, éventuellement son mec, le bébé et le chien comme une vraie-fausse famille atypiquement composée, au moins la question de l’éducation genrée se pose pas. En attendant je passe mes meilleurs moments à masser le bébé à travers mon ventre, et il adore ça, apparemment, vu que dès qu’on est au calme, il ne bouge plus sauf se coller au max à la paroi pour sentir tout.

Je souffre pas tellement d’ennui, pour ça il faudrait être en capacité de faire des trucs, que de lenteur. J’ai aussi commandé 3 bouquins de comm’ et marketing digital pour approfondir des sujets et domaines clefs de ma formation et préparer la suivante. Quitte à rester allongée, autant essayer que ce soit un peu productif et suivre mon Gantt de la recherche de taf à l’issue. Il faudrait d’ailleurs que je fasse un article sur la reconversion d’autiste qui fut salariée. Ça viendra.

L’état de Grâce de la grossesse.

Le tas de graisse, ouais. Je reviens sur cette folle hypocrisie de prétendre que c’est génial. Pardon mais des pieds à la tête, voilà tout ce qui peut se produire (je fais la liste des miens mais je suis sûre qu’y en a plein d’autres) : au début j’ai eu les cheveux gras, après ça s’est tassé au profit d’une foultitude de réactions eczémateuses, de levures, même de la rosacée, enfin j’ai revu 10 des pires années de ma vie défiler en quelques semaines avec des réactions épidermiques diverses tout ça en ne mettant RIEN de spécial sur ma peau… sauf les traitements. Là je suis dans la phase des cheveux auto-nettoyants (chouette) qui précède celle de la perte en masse et des compléments Forcapyl (nul). Si vous voulez vous dégouter des compléments alimentaires alors que vous adoriez ça, tomber enceinte est assez efficace. On a des duvets très fins, très blonds, très longs qui recouvrent des parties du corps random, c’est temporaire, c’est les hormones, ça tombera comme c’est venu, sur la peau du ventre, les seins, c’est peu perceptible, mais vlà c’est là, pour tout le reste, très vite, s’épiler c’est entre Edouard aux mains d’argent (sans le talent) et risquer toutes les deux secondes le poil incarné et son copain le bouton staphylo. Que soi-disant on a de beaux ongles, alors moi au début j’ai surtout eu des ongles qui se dédoublent dans tous les sens, à force de pas avoir accès à mes orteils, j’ai acheté une pince spéciale qui prolonge ma préhension de quelques centimètres, mais la manucure pieds d’été c’est mort. Et tout prête à des frais car si ce n’est le bébé on a toujours besoin de quelque chose, même pas je vais chez le pédicure. Ras le bol. Surtout, ça servirait à rien : avec la rétention d’eau et ses menaces associées (hémorroïdes, varices, et toutes les fourmis et paralysies qui vont avec si on fait pas gaffe, qu’in vit pas plus au Nord ou qu’on met pas ses bas de contentions à temps.. à temps oui, car en une sieste de 20 mn, un jour, mon pied gauche a doublé de volume), rentrer dans des Birkenstock ne marche pas non plus. Je rentre plus que dans mes Americana : c’est génial, ça tient double chaud, comme ça si je les enlève pas en rentrant chez moi ou que je les porte une heure dehors même avec les bas de contention (et leur texture si particulière, et leur absence totale de confort), bah mes pieds doublent encore de volume. Maintenant que mes ongles sont redevenus durs, en revanche, bah ils poussent aussi super vite, c’est sympa pour les mains, on a droit à une coquetterie de vernis, pour les pieds, retour à la même galère pour les atteindre que ce soit pour se couper les ongles, se nettoyer entre les orteils ou mettre ses chaussures et faire ses lacets, c’est mort. Y a plein de tenues d’été super sympas pour les femmes enceintes. J’en ai pas mal. Mais c’est sans compter que j’ai la peau blanche. Enfin brune mais à cause des hormones, sans soleil, mais si je me risquais à m’exposer, je connais la blague pour l’avoir déjà éprouvé sans grossesse : le masque orange facial. Et les tâches sur le reste et puis des retour de réactions allergiques, même sans, j’en ai eu plein, le visage, les mains, même le bandeau des bas de contention m’a filé des réactions. Donc on reste au pantalon, à ce stade c’est pas comme si les températures me permettaient juste de passer une heure dehors. Allez dire aux antipass que certains aimeraient juste bie sortir tout court, tiens. Ça va j’ai pas les vergetures. Juste la linea negra qui partira. C’est toujours ça que les boches auront pas, j’ai aussi bien mis mes huiles toniques et autres chaque matin, chaque soir. Parce que c’est pas assez pénible de mettre 1000 ans à faire sa toilette matin et soir, nan, fallait rajouter des rituels. 1h30 pour me laver et m’habiller (sans le temps de baignoire) chaque matin, chaque soir. Les bains c’est bien mais à condition de pouvoir s’extraire de la baignoire à la fin et ça aussi, c’est galère. Et sans makeup ni sèche cheveux ou coiffage les ami.e.s !? Qu’est ce que je fais de tout ce temps : je me bastonne et me badigeonne. Je me bats contre les fringues (bah oui quand on peut pas se baisser), je me contorsionne pour atteindre mes jambes, me torcher (1000 ans de plus), me pencher au dessus du lavabo pour mille choses, comme saigner des gencives à mort et faire 3 bains de bouches par jour. Ça c’est que l’extérieur et je sais que j’en oublie la moitié. L’intérieur est d’autant plus riche en sensations… plus dégueu et difficile à gérer pour la plupart. Pour la partie haute, il y a le cerveau. Personne n’est soi-même vu toutes les hormones qui délirent et se passent le relai. Entre la mémoire en fondue, la fatigue, la concentration en berne, mille émotions et ressentis, pensées d’avenir (ou de No Future, c’est selon), la privation de contrôle, de mobilité… C’est du vol. Du vol de cerveau. Y a plus rien. T’es personne de qui t’étais, y a zéro contrôle. Tu subis et tu te tais. Parfois je me mets à croire que la Joconde devait être enceinte au moment d’être peinte. Elle a typiquement ce sourire de meuf enceinte gênée à qui les gens demandent ou disent plein de trucs et t’as pas envie de répondre. Je veux pas savoir vos accouchements, j’ai pas à vous dire pour quand c’est, à vous faire état de l’avancement, ce que ça peut vous foutre sombres inconnus, si c’est une fille ou un garçon, si j’ai chaud, si j’ai froid et pourquoi pas envie de chier ou de vous vomir dessus. T’arrives déjà pas à faire 3 pas dans la rue : malus, les gens qui t’arrêtent toutes les 2 secondes. Sinon c’est pour se moquer. Des mecs, lol un bide. Ça se voit certains vous avez été chiés, j’ai pas de doute. C’est super intrusif en fait, de parler des meufs enceintes en leur présence ou de leur parler si elles vous ont pas sollicité. Sauf trois qui veulent de l’attention, lâchez nous. Les autres on a juste besoin du minimum pour nous faciliter la tâche : laisser une place dans les transports, faire passer dans la queue, nous aider à ramasser quand on fait tomber et c’est vraiment tout, restez à trois mètres pour le reste. On a pas forcément envie d’en parler, pendant 9 mois, no life à côté de ça, c’est tout ce qu’on a à dire justement peut-être qu’il serait temps de nous raconter d’autres trucs que vos expériences liées, on subit déjà les nôtres h24. Le pire c’est les mecs qui veulent nous parler de leurs meufs, de celles de leur entourage ou des mères de leurs enfants : ON S’EN BATS LES REINS. Vous en parlez comme d’un vécu, comme si c’était héroïque d’avoir passé du temps avec elle, alors que vous avez rien vécu de tout ça, RIEN. Vous êtes extérieurs à tout ça. Comment voulez vous de la crédib’ quand vous revenez la bouche en coeur plus tard ou que « ohlala » vous êtes allés faire les courses là où pour 9 mois de nos vies, vous les avez fait 3 fois alors que tout le reste du temps c’est pour nos races. Imaginez disparaître et revenir demander des droits de visites ou de garde après ça : MAIS LOL. Le tube digestif commence par la bouche et va jusqu’au trou du cul. Le pire c’est là : donc on a fait les hémorroïdes, mais tout y passe et au delà, jusqu’aux sphincters qui s’assouplissent, tous les ligaments etc. Je répète : les sphincters, les muscles et les ligaments (disons tout pour être rapide) S’ASSOUPLISSENT alors que la taille de l’estomac et de tout le reste sont littéralement écrasés. Vous voyez le résultat ? Des pets, de la merde, de l’acidité, du vomi, de l’urine. Mais pas dans leur version franche, nette claire, radicale et propre. Non, non. Jackson Pollock style. Encore si on dormait bien dans des positions confortables pour rester courtoises et sympa ça pourrait aider. Mais c’est pas le cas. Je fais pas d’infec uri, je mange trop de cranberries pour ça, et j’ai jusque là pas de fuites de nulle part, du à un grand renfo de périnée sportif sur la durée avant ça, mais ça peut encore me tomber dessus demain. Oui, le sourire et les droits des pères sont en option, quand ils branlent rien, dans ces cas là, rêvez pas. J’aurais un mec, je suis pas sûre que je voudrais qu’il me tienne la main quand je serai dans la baignoire après. Venez me cracher à la gueule que c’est contre vous. Non, non, vous le vivez pas. C’est même pas un reproche, faites juste pas semblant de savoir ou juste comprendre. Fermez là, juste. FOUTEZ NOUS LA PAIX DANS LA RUE ET PARTOUT. Y a rien de compliqué. Vous nous emmerdez assez le reste du temps. Et je dis ça en étant entourée des meilleurs. Des moins intrusifs, des meilleurs soutiens. Alors j’ose pas imaginer une meuf dans le même état avec un mec de typologie boulet qui se fera toujours passer avant ou plus isolée que moi (qui suis déjà pas mal, avec mes 3 interactions mensuelles). La partie stomacale est vraiment rude à gérer, mais des nanas stipulent qu’elles n’ont rien vécu de tout ça. Ou senti. La prise de poids, les douleurs dorsales, non, non, tout était top. Faites moi croire aussi que vous avez avalé vos assiettes de Quinoa au grain par grain. Les seins c’est sympa mais au début t’as mal, ensuite tu sais plus où les foutre ni quelle taille ils font et à la fin y a le colostrum qui plombe le game. J’ai même pas l’énergie pour parler de l’utérus ou de la vessie. Mais après tout ça, je vois pas comment je vais tolérer un mec dire que sa meuf a été horrible de lui faire un enfant et de pas vouloir lui laisser le voir après avoir eu des comportements abusifs et que tout est notre faute, cher les gars c’est comme au taf : celui qui taffe pas ne peut pas faire d’erreurs, hin, donc celui qui a en fait pas, c’est peut-être faute d’avoir rien foutu, next. En paroles, ou en actes, en ce qui me concernent les violences ne passent plus. Nous créons, ils détruisent, face it. On a pas les mêmes valeurs.

Ce qui me fait penser que j’ai toujours pas fini la rédac de mon projet de grossesse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s